En vrac, Youpi c'est mercredi !

Le partage des tâches

Youpi, c’est mercredi !

Ce matin on a bullé à la maison malgré le grand soleil. Cette après-midi Monsieur N avait invité son amoureuse. Elle est arrivée avec son joli minois, son grand sourire et un petit cadeau sous le bras. Elle le lui a tendu en baissant les yeux.  Elle tortillait ses doigts et ses cheveux. Monsieur N était tout rouge et n’osait pas ouvrir le paquet. Je l’ai encouragé. Pendant ce temps Monsieur S volait discrètement l’enveloppe et partait l’ouvrir dans un coin sans qu’on s’en aperçoive. Il est revenu tout joyeux en disant « Oh merci pour ce beau dessin d’amoureux ! » Les grands étaient gênés et lui riait comme une baleine. Monsieur N a fini par déballer le cadeau. Une jolie peluche avec un cœur rouge entre les pattes. A-DO-RA-BLE.

20190213_180551

Bref, je te raconte notre vie mais je n’ai toujours pas abordé le vrai sujet de ce mercredi ! Aujourd’hui j’avais envie de te parler de l’investissement des enfants dans les tâches du quotidien.

LE MINIMUM

Jusqu’à récemment nous n’avions pas instauré de système concret. Leurs tâches étaient des plus simples et évidentes :

  • Ranger le manteau et les chaussures en rentrant
  • Ranger régulièrement sa chambre et la salle de jeux
  • Mettre ses vêtements dans la panière à linge salle avant la douche
  • Aider à mettre et débarrasser la table

Je leur demandais parfois de l’aide par-ci  par-là, pour descendre une panière, jeter les plastiques dans la poubelle jaune,  trier les chaussettes (parce que je déteste le faire et qu’en plus ça travaille les compétences de discrimination visuelle 😉 ), pour surveiller Bouddha etc… Mais rien de régulier, rien de concret.

 

LA PLACE DE MAMAN

Cependant nous avons toujours insisté sur l’importance d’aider. Nous sommes unis, il est important que tout le monde participe et contribue à l’organisation familiale.

Je suis en congé parental et passe beaucoup de temps à la maison. Il est donc normal que j’en fasse plus que tout le monde. Mais j’insiste régulièrement sur le fait que je ne suis pas la bonne à tout faire de ces messieurs. C’est important qu’ils le comprennent. S’ils apprennent à aider aujourd’hui ils le feront à l’avenir, avec la personne qu’ils auront choisi d’aimer. Surtout si c’est une femme. Parce que non, les femmes ne sont pas FAITES POUR CA, et je ne prends pas spécialement de plaisir à faire les courses, ranger, nettoyer… Heureusement papa est très investi et montre le bon exemple. Je sais que ce n’est pas le cas dans tous les foyers. N’ayant que des garçons je suis contente que ça se passe ainsi chez nous car certains vieux schémas ont la vie dure…

 

UN SYSTEME CONCRET

Petit à petit j’ai remarqué combien Monsieur S se sentait valorisé quand on lui demandait d’aider… J’ai pensé à tout ça pendant plusieurs jours et je me suis dit que responsabiliser nos enfants, les guider vers plus d’autonomie en leur montrant qu’ils sont capables, les investir plus dans la vie de famille et leur faire simplement confiance en délégant des « tâches de grands » c’est aussi notre rôle de parents.

J’ai donc réfléchi à un système qui les ferait participer plus, sans les oppresser pour autant.

Le voici :

20190213_180059

Une page pour Monsieur N, en vert et une page pour Monsieur S, en jaune. Chaque matin ils choisissent quatre tâches à effectuer dans la journée. Ils les placent sur leur feuille. Soit ils pensent à leurs tâches par eux-mêmes, soit nous les guidons en rappelant qu’il est temps de mettre la table ou que c’est le bon moment pour passer l’aspirateur.

Le soir, après le repas, on vérifie ensemble si les tâches ont bien été effectuées. On valorise, on félicite. « Es-tu fier d’avoir accompli tout ça aujourd’hui ? », « Tu as fait du beau travail. »… Et puis on place un aimant de leur couleur en haut de la feuille.

Le vendredi, si les cinq aimants sont présents, ils ont droit à un bonbon. (Je pense qu’on n’arrivera pas à tenir ces tableaux sur le weekend car nous sommes toujours en vadrouille ou recevons toujours du monde à la maison. Et puis c’est aussi le moment de se reposer. Nous-mêmes délaissons volontiers les machines ou la grande cuisine le samedi et le dimanche !)

 

LA RECOMPENSE

recompense

Alors là, il y a deux écoles… Ceux qui estiment qu’apporter son aide aux tâches domestiques ne doit pas faire l’objet d’une récompense et ceux qui n’ont rien contre, comme nous. Bien sûr l’idée principale est d’apprendre la participation, l’envie de donner un coup de main mais la petite gourmandise du vendredi, ça aide à rester motivé !

Le système de récompense, lorsqu’il est bien utilisé – le but n’étant pas de tomber dans le marchandage ou la manipulation – peut-être très bénéfique je crois.

J’hésite même à mettre en place un tableau des motivations. L’idée ? Travailler un comportement difficile et s’améliorer. Un seul à la fois. Comme arrêter de se relever le soir, partager ses jouets… L’enfant fait un effort et gagne un jeton/une gommette… Quand il le souhaite il peut échanger ses gommettes contre une récompense. Ca devient sa monnaie. Les récompenses n’ont pas toutes la même valeur. Ainsi l’enfant peut choisir d’user toutes ses gommettes pour une récompense immédiate (une friandise) ou continuer à les cumuler pour une récompense plus importante (des minutes de jeux vidéo supplémentaires, l’invitation d’un copain à la maison..) C’est finalement un peu comme toi qui choisis de faire des heures sup’ pour te payer ton voyage, ta voiture, le dernier smartphone… Comme nous tous, adultes, qui avons besoin de reconnaissances, d’objectifs et de buts pour avancer et pour s’améliorer.

Je pense que ce genre de système peut vraiment être bénéfique et que la récompense n’est pas une question de chantage. Elle aide à maintenir la motivation, facilite la compréhension parent-enfant en rendant les choses concrètes et valorise les efforts.

 

LE BON MOMENT

Cependant il me semble important de faire attention au bon moment. Exiger que l’enfant remplisse toutes ses tâches dès son retour de l’école ne sera peut-être pas très constructif par exemple. Après une longue journée de travail et de collectivité il est comme toi,  il a envie de se reposer un peu et de prendre du temps pour lui.

 

desordre

 

LA CHAMBRE

J’y consacre une entière sous partie car j’ai une règle qui me semble importante mais qui n’a pas toujours été comprise par mon entourage. Lorsqu’ils sont grognons, fatigués, contrariés et que c’est le bazar dans leur chambre ou la salle de jeux : on reporte ou je range à leur place si ça ne peut pas attendre. Ca peut paraître un peu facile mais je ne vois pas l’intérêt de déclencher une crise, de grossir leur mal-être ou de faire naître la colère. Il nous arrive, à nous aussi, d’avoir eu une grosse journée, de ne pas être d’humeur… Dans ce cas on passe le relais ou on remet le rangement du linge, la vaisselle à plus tard… J’estime que c’est pareil pour nos enfants. Ils n’ont pas à subir nos choix ni nos exigences d’adultes (c’est le bazar dans la salle de jeux mais du monde débarque, TU RANGES TOUT, TOUT DE SUITE et je me fous de ton irritation, de ta colère, de ton chagrin.) Et puis nous leur demandons de participer à la gestion de l’espace commun, il n’y a donc pas de raison qu’ils soient les seuls responsables de leur espace de jeux.

De plus, Monsieur S adore tout retourner, surtout quand il reçoit ses petits camarades. Dans ce cas il serait injuste de demander à Monsieur N d’assumer tout le rangement. S’il est volontaire, il peut aider… Mais il est également inutile d’imposer un « RANGE MOI CA IMMEDIATEMENT » à Monsieur S. Parce que, bien que ce désordre soit le fruit de son excitation, il ne sait pas comment s’y prendre quand il se retrouve seul face au capharnaüm. Il est dépassé donc il s’agace et refuse catégoriquement de ranger. Dans ce cas nous l’aidons… « Je range les voitures dans cette caisse et tu ranges les super-héros dans l’autre » , « Toi tu ranges les Kappla rouges et toi les bleus »…

Nous ne sommes pas moins crédibles parce qu’on diffère une tâche. Nous ne sommes pas moins crédibles parce qu’on choisit d’aider. Au contraire, les choses sont faites dans la bonne humeur et correctement. Parce que vas-y… laisse un gamin de 4 ans seul au milieu du désordre et reviens quelques minutes plus tard. Il n’y aura peut-être plus rien par terre mais tout sera probablement posé en vrac sur ou sous les meubles, dans les tiroirs et les placards… Résultat, il te faudra repasser. Alors autant le faire ensemble, non ?

Cela dit je ne doute pas qu’il existe des enfants un peu maniaques qui adorent l’ordre et qui ne rechignent jamais… Si t’en as un à la maison je veux bien tes astuces. Sinon tu peux aussi me le prêter !

Et toi, comment ça se passe chez toi ? Les enfants participent ? As-tu instauré un système particulier ? Avec ou sans récompense ? 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s