Pensées et papotages

S’éloigner des toxiques

Au cours de cette dernière décennie je me suis pris plusieurs claques relationnelles. J’ai longtemps cru que j’avais trop d’attentes, que j’étais trop exigeante, que c’était pour ça que je me vautrais souvent, que j’étais déçue tout le temps. Avec le recul je me rends compte que non. Que j’étais responsable, certes, mais que tout n’était pas ma faute. J’acceptais simplement, à tort, d’être entourée de personnes qui ne partageaient pas les mêmes valeurs profondes que moi. Pourtant je les voulais auprès de moi. J’avais besoin qu’elles m’aiment et je devenais quelqu’un d’autre pour leur plaire et pour continuer d’exister auprès d’elles. Alors j’ai accepté, en faisant croire que j’avais le plus fort des caractères, qu’on parle dans mon dos ou celui des autres, qu’on me donne des leçons, qu’on me rabaisse, qu’on essaie de détruire mon couple, qu’on m’évince sans m’expliquer pourquoi, qu’on ferme les yeux, qu’on fasse semblant et bien d’autres choses qui ne me ressemblent pas.

Et puis un jour nous avons déménagé. Nous sommes partis vivre à 70 kilomètres de notre ville natale. 70 petits kilomètres qui m’ont permis de m’éloigner de ceux que je côtoyais depuis longtemps et que je croyais indispensables à mon équilibre. Mais comme je me trompais ! Ces 70 kilomètres m’ont permis de faire le point et de remettre de l’ordre dans ma vie. Même si ce travail n’est jamais fini, c’était le début de celle que je veux être…

voiture

As-tu déjà entendu parler du minimalisme ? Le minimalisme c’est vivre avec moins dans un monde qui nous fait croire que nous avons toujours besoin de plus. Le but étant de ne conserver que l’essentiel pour se désencombrer véritablement. Je ne peux pas dire que nous pratiquons. Je me suis souvent documenté à ce sujet et je fais au mieux au quotidien pour que notre maison et  nos esprits ne soient pas envahis mais ce n’est pas toujours facile avec trois enfants et un mari qui guérit doucement du syndrome « je garde au cas où ». Quant à moi, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai souvent fait du tri. Je n’ai jamais compris l’utilité d’une armoire remplie de vêtements qu’on ne portera jamais, des objets qu’on conserve « parce qu’on ne sait jamais… », des cadeaux dont on ose pas se débarrasser par culpabilité… Je n’ai jamais compris que des gens préfèrent avoir qu’être, l’importance de posséder. Je n’ai jamais compris l’accumulation. Je me sens vite étouffée par le trop plein, j’ai régulièrement besoin de jeter, vendre ou donner pour vider.

Et petit à petit je me suis rendue compte que le tri ça ne s’arrête pas aux objets. Qu’il faut l’étendre à la sphère relationnelle. Parce qu’avoir des relations épanouissantes, enrichissantes, qui  nous tirent vers le haut, c’est essentiel pour être heureux.

légèreté

 

S’éloigner des toxiques

Pour opérer un tri efficace et s’entourer mieux il suffit de s’éloigner des personnes aux comportements toxiques. Ces personnes avec qui la relation n’est pas saine. Qui te coûtent plus qu’elle ne t’apportent, qui te pèsent et t’alourdissent. Ces personnes que tu vois régulièrement mais sans grande impatience, parfois un peu par obligation, ces personnes qui t’étouffent, qui absorbent toute ton énergie ou te mettent simplement mal à l’aise. Ces personnes tu ne les changeras pas ! Alors quand elles commencent à prendre trop de place dans ta vie, à gâcher ton bien-être et abîmer ton bonheur il n’y a qu’une solution : t’en éloigner !

 

Les reconnaître

reconnaitre 1

  • Celui qui critiquait.

C’est cette personne qui passe son temps à critiquer les autres et ce qu’ils font. Ses voisins, ses collègues, sa famille, ses amis… et toi ! Tout le monde y passe et rien ni personne ne trouvent grâce à ses yeux. Ses critiques n’ont rien de constructif, elles ne sont pas formulées tels des conseils, elles ne t’aideront pas à avancer. Au contraire, cette personne te rabaisse sans arrêt, quoi que tu dises, quoi que tu fasses. Ses propos sont stériles, méchants, injustifiés. Cette personne aime te discréditer, souvent devant un public d’ailleurs. Elle parle fort. Elle est bornée et étroite d’esprit. Elle ne communique pas, elle monologue. Elle ne débat pas puisque seuls ses propos importent et que ton avis ne vaut rien. Elle a toujours raison et sait tout mieux que tout le monde.

Le risque : Prendre ses mots en considération, être blessé, se dévaloriser. Le critiqueur peut anéantir à lui seul toute l’estime que tu as de toi. C’est à mon sens la pire des personnalités… Celui qu’il faut fuir, celui qu’il faut bannir de sa vie sans aucun état d’âme parce qu’il fait des ravages, surtout s’il fait partie de ton entourage proche. 

 

  • Celui qui enviait.

C’est cette personne qui ne manifeste que peu d’émotions face à tes joies et tes réussites, qui ne se réjouira jamais de rien avec ou pour toi. Elle ne te fera jamais de compliment.  Elle peut se montrer froide et hautaine. Elle trouve souvent la petite remarque assassine qui te fera redescendre de ton nuage. Le pire avec le jaloux c’est qu’il souhaite être envié à son tour, il en veut toujours plus et n’est donc jamais vraiment satisfait. L’envieux t’incitera parfois même à faire de mauvais choix car il estime qu’il mérite plus que toi.

Le risque : Ne plus oser partager tes petites joies, tes réussites et tes victoires. Etre blasé et ne pas avoir envie de te réjouir de son bonheur à ton tour. Ne plus lui faire confiance.

 

  • Celui qui était l’éternelle victime.

C’est cette personne qui ne va jamais bien, qui se plaint sans arrêt et qui porte toute la misère du monde sur ses épaules. Cette personne passe son temps à gémir mais rien n’est jamais de sa faute.  Au début tu essaies de la comprendre, de la rassurer et c’est ainsi que tu te retrouves prisonnier de ses filets. Elle va te prendre tout ton temps et toute ton énergie. Elle va inventer des histoires incroyables qui frôleront l’hystérie et la mythomanie. C’est ainsi qu’elle se sent exister. Parce qu’elle est comme ça, la victime, elle a besoin d’être malheureuse en permanence et de le crier haut et fort. Elle ne vit que dans la plainte et se nourrit de la pitié des autres.

Le risque : Perdre ton temps. Parce que cette personne tu vas avoir envie de l’aider, de la soutenir, de l’écouter, de la comprendre. Mais c’est peine perdue.

 

  • Celui qui était pessimiste.

C’est cette personne qui voit tout en noir. Elle se plaint, elle subit sa vie mais ne fait rien pour en changer. Tu auras beau suggérer mille solutions à ses problèmes, rien ne conviendra. Elle trouvera toujours des arguments pour contrer ton aide et ton soutien. Elle étendra parfois son venin à ta propre vie et à tes envies d’avancer. Selon elle tu n’y arriveras pas et ça ne marchera pas. Elle est incapable de repérer le positif qui l’entoure.

Le risque : Fréquenter quelqu’un de négatif c’est épuisant moralement. Après avoir vu cette personne tu te sens fatigué, triste, démoralisé. Parce que les émotions sont contagieuses et que le pessimiste propage ses ondes négatives.

 

  • Celui qui prenait toute la place.

C’est cette personne égocentrique qui se moque de ce que tu vis, de tes émotions, de tes ressentis. Cette personne a besoin d’être au centre de toutes les attentions. Il faut la voir, la regarder, l’écouter, l’admirer. Elle fera tout pour ça. Elle ne se soucie pas des autres. Ses relations sont déséquilibrées car elle prend tout mais ne donne rien. Elle ne prend pas souvent de tes nouvelles.

Le risque : Ne pas exister, tout simplement.

 

  • Celui qui était lunatique.

C’est cette personne que tu appréhendes de rejoindre parce que tu ne sais pas dans quel état elle se trouvera. Elle passe du rire à la colère en un temps record et tu n’as pas toujours le temps de suivre ou de comprendre. Cette personne est extrêmement stressante car tu ne sais pas sur quel pied danser auprès d’elle, tu appréhendes souvent de la retrouver. Elle filtre peu ses émotions et les laisse déborder sur les autres.

Le risque : Que ton humeur dépende de la sienne. Certains proches sont complètement absorbés par les humeurs du lunatique. Dans certaines familles le lunatique décide de l’état d’esprit de la maison dès son réveil. S’il se réveille dans la joie, on le suivra. S’il se réveille dans la colère, la frustration ou la mélancolie, tout le monde se mettra en veille jusqu’au retour de l’euphorie.

 

  • Celui qui mentait.

C’est cette personne en qui tu n’as pas vraiment confiance. Au fond de toi tu te méfies de ce qu’elle te dit, de ce qu’elle fait et tu évites de lui confier des secrets. Elle se présente souvent en narrant ses exploits et elle en rajoute beaucoup. Attention, faisons la différence entre l’ami qui ment une fois pour ne pas blesser et le menteur pathologique qui ne sait peut-être même plus quelles sont ses vérités.

Le risque : Ne jamais rien partager de réel et d’important. Il est très difficile de communiquer avec un menteur. Encore plus difficile de lui faire confiance. Mais sans confiance il n’y a pas de relation saine et considérable.

 

  • Celui qui manipulait.

C’est cette personne qu’on appelle aussi narcissique. Le manipulateur est charmant, drôle, original et apprécié de tous. C’est grâce à ces qualités qu’il attire ses proies et toujours grâce à celles-ci qu’il passe inaperçu. D’abord il se montre attentif, attentionné, il s’intéresse à toi. Quand il te connaît parfaitement il dévoile ses multiples visages, se sert de tes faiblesses et tire profit de tes erreurs pour t’écraser. Il ne supporte pas la critique, il ment et change son masque en fonction des personnes qu’il fréquente. Il culpabilise les autres en jouant sur les sentiments. Il est sournois, mesquin, il n’est pas clair dans ses demandes et ses attentes pour mieux retourner la situation. Il se nourrit de toi jusqu’à te vider complètement. Face à lui tu te sentiras tel un enfant, tu t’excuseras, tu t’effaceras.

Le risque : Te perdre. Le manipulateur est vampirisant, il se nourrit des autres en les détruisant. Malheureusement il est difficile à cerner avant que la relation ne soit bien ancrée. C’est pourquoi il est souvent très difficile de s’en détacher. Il cause de terribles blessures et traumatismes à qui est pris au piège.

manipuler

 

Personne ne naît méchant ou avec l’intention de blesser et on pourrait trouver mille excuses à tous les comportements toxiques, des traumatismes passés ayant engendré :

  • Une faible estime de soi : la personne ne s’aime pas, elle se dévalorise et se sent incapable.
  • Un sentiment d’insécurité : la personne a peur, elle manque de repères. Elle se sent faible, fragile et menacée.
  • Un ego blessé : la personne se sent rejetée, trahie, abandonnée.

Blessés, ils deviennent des individus nuisibles. Certains en ont conscience, d’autres non.

 

Rien n’est figé et tout le monde peut changer mais il faut d’abord le décider. Toi, tu ne pourras pas changer les autres et leurs comportements. Tu auras souvent envie d’essayer mais c’est inutile, vraiment. Ca te coûtera beaucoup d’énergie et tes efforts seront vains. Tu t’épuiseras émotionnellement. C’est pourquoi, face à ces personnes là, il n’y a pas d’autre solution que la distance. Il faut s’en éloigner, se délester, éliminer le venin qui finit toujours par nous empoisonner…

Tu connais sûrement la métaphore du fruit pourri au milieu des fruits sains ?

Mets un fruit pourri au sein d’une cagette de fruits en pleine santé. Que se passe-t-il ? Petit à petit les fruits sains vont s’abîmer, flétrir, se faner… C’est pareil avec les autres. Si tu mets une personne malsaine au cœur de ta vie elle peut détruire bien des choses en toi.

pomme

 

LE TRI

Après avoir repéré les personnes qui te mettent mal à l’aise, celles auprès de qui tu portes un masque parce que tu ne parviens plus à être toi-même, qui te font contredire tes valeurs et accepter des situations que tu juges inacceptables, il est temps de prendre les choses en mains, de couper les liens et d’avancer gaiement sur le chemin des relations harmonieuses.

Non, ça ne sera pas facile, on parle de rupture.

Parfois les personnes dont tu dois te détacher font partie de la famille et dans ce cas il y aura forcément des dommages collatéraux. A toi de voir si ça en vaut la peine. Si tu es assez fort pour continuer de fréquenter une personne qui te freine ou te fait mal. Si la décision salvatrice de l’éloignement ne sera pas, aussi, trop destructrice.

Parfois ce sont des amis de très longues date. On culpabilise alors énormément de se détacher. La relation nous a beaucoup apporté, aidé, apaisé mais aujourd’hui elles n’a plus la même saveur. Parce que chacun a fait son chemin et évolué différemment. Ce sont ces amis que tu fréquentes par habitude et loyauté, ces relations qui te prennent du temps mais ne t’apportent plus rien, ces regards posés sur une personne qui n’existe plus.

Parfois ce sont des relations professionnelles. Là il est clairement difficile de les sortir de sa vie. Alors à défaut de pouvoir prendre des distances physiques il faut prendre du recul, de la hauteur et des distances émotionnelles pour ne plus se laisser atteindre.

couper les liens

 

ET APRÈS ?

Ensuite il faut rester bien entouré. Pour cela il suffit de s’écouter et de rester attentif à l’évolution de ses relations. Ne plus laisser entrer de personnalités bactériennes dans sa vie. Penser à soi et à ses besoins.

C’est en tenant compte de nos valeurs profondes et de ce qui est indispensable à notre épanouissement qu’on pourra s’entourer de personnes enrichissantes qui nous tireront vers le haut, nous motiveront, nous stimuleront. Des personnes vibrant sur les mêmes ondes que nous.

Nous n’avons pas tous les mêmes besoins. Certains ont besoin de légèreté et d’indépendance. D’autres ont besoin de se sentir intégré à un groupe. D’autres encore ont besoin d’attentions et de reconnaissance. Il sera important pour eux de sentir qu’ils comptent pour leur entourage, que leurs amis prennent de leurs nouvelles, qu’ils se montrent présents et concernés par leurs vies. Il y a ceux qui ont besoin d’être rassurés, protégés, maternés etc…

Nous avons tous des personnalités très différentes et nous évoluons sans cesse. Il est donc important de faire le point régulièrement. De se délester des relations qui nous pèsent pour ne conserver que celles qui sont sources d’énergie et de lumière.

Se désencombrer c’est avant tout se respecter.

zen

 

Et toi, t’en penses quoi ? T’as déjà fait du tri dans tes relations ? La vie en a fait pour toi ? Raconte moi.

 

10 réflexions au sujet de “S’éloigner des toxiques”

  1. J’ai fais un tri mais malheureusement je me fais encore avoir même à mon âge… je donne trop pensant faire bien et bimmmm tu te retrouve encore à terre …on était destinée à se rencontrer 😘

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense qu’on est confronté à ces personnes tout au long de notre vie. Avec le temps on sait ce qui est bon pour nous et petit à petit on apprend à agir en conséquence… mais ça n’est jamais simple.
      Oui très chouette rencontre. 😚

      J'aime

  2. C’est tellement vrai, et le plus inquiétant et de reconnaître des personnes dans les descriptions que tu donnes…..😥😥

    J'aime

  3. Faire du tri n’est pas si simple surtout quand celui ci implique la famille de son mari , ce n’est pas evident de se dire , je ne veux plus les voir car ils me font du mal , mais il y a deja eu des pas de fait ……………… en tout cas tu as raison sur le fait que les personnes toxiques peuvent nous rendre malade et nous faire du mal , apre sje leur trouve toujours des excuse car comme tu le dit , on ne nait pas mechant 😉

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, la famille c’est particulier mais aujourd’hui je pense que si, on peut se défaire de tout le monde ! Si ces relations t’empoisonnent il faut te préserver. Tu ne dois rien à personne 😉
      Mais je suis d accord c’est looiiiin d’être évident 😉
      Courage à toi et merci pour ta lecture 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s